Necomimi et Shippo Tail

Publié le par mangafan_bellevue

http://www.japantrendshop.com//img/neurowear/necomimi-cat-ear-brainwave-headband-2.jpg

 

Les japonais ont récemment inventé des oreilles de chats capables de lire dans votre cerveau votre humeur et de bouger en fonction. Ils les ont appelées Necomimi, venant de "Neko mimi" et signifiant "oreilles de chat". C'est une grande découverte technologique, l'un des permiers accessoires à lire les ondes cérébrales. Elles ont été conçues avec le modèle des animaux, et Neurowear, la compagnie qui les crée, espère créer une "prolongation du corps". En effet, en plus d'être une découverte technologique, ces oreilles sont un test pour les humains. On peut reconnaître l'humeur des animaux à la position de leurs oreilles et de leur queue. Un humain peut-il survivre à cette esposition de ses sentiments, d'habitude gardés secrets ?

 

Voici la bande-annonce des necomimi. On peut les acheter en ligne, au Japon, ou à la Japan Expo !


 

http://www.ufunk.net/wp-content/uploads/2012/09/neurowear-shippo-brain-controlled-tail-9.jpg

Neurowear, accompagné de Neurosky cette fois, a aussi créé une queue de chat, qui lit aussi les ondes du cerveau pour réagir en fonciton de votre humeur, la "Shippo Tail" (étrangement le nom est répétitif puisque "shippo" en japonais veut dire "queue" ainsi que "tail" en anglais). Plusieurs émotions ont été ajoutées et peuvent être reconnues, et la queue remuera plus ou moins rapidement selon celle que vous ressentez. Elle est accompagnée d'un casque comme les necomimi pour lire les ondes cérébrales, et d'une application sur portable, iPhone... qui lira votre émotion et la représentera par un smiley, et avec lequel vous pourrez partager votre humeur et position. Cependant elle n'est pas encore commercialisée. 

 

Voici la bande-annonce de la Shippo Tail, que l'on pourra sûrement acheter aux mêmes endroits que les Necomimi quand elle sera commercialisée.

 


Publié dans Culture asiatique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article